Je propose à des institutions culturelles telles que musées, centres d'art, espaces culturels, des expositions thématiques basées sur le corpus de ma collection d'objets d'art ethnographique. 

Mon rôle est d'en concevoir la scénographie, de présenter et commenter l'exposition au public, de recevoir des scolaires afin de mieux faire comprendre ces formes d'art et aider à élargir notre champ de conscience sur l'Autre, ses concepts, ses créations, ses mythes, ses rituels et ses préocupations quotidiennes.

 

 

Depuis la fin des années soixante-dix, j'ai eu la chance de pouvoir parcourir le monde, de me rendre à de nombreuses reprises dans certains pays pour de longs séjours et d'entrer en relation amicale avec des gens de cultures et d'origines diverses.

 Au cours de ces voyages j'ai surtout nourri ma passion pour les créations artistiques des sociétés animistes, tant en visitant les collections des grands musées d'art tribal qu'en fréquentant les galeries, les marchés et les communautés indigènes.

 

Je n'ai jamais su résister au plaisir d'acquérir des objets tels que masques, parures, fétiches, etc. dès lors que ces objets, au premier regard, provoquaient chez moi une sorte de fascination. Je ne sais par quel mystère, du tout simple petit collier amazonien en graines au grand fétiche Songye du Zaïre, certains objets entrent en résonnance immédiate avec ma sensibilité, au point de me pousser à les acquérir quand cela m'est possible.

 

 

 

 

 

 

 

Au fil des ans, de séductions en séductions, j'ai ainsi constitué une collection qui regroupe aujourd'hui près de trois mille objets.

Très vite, le désir de faire partager mes découvertes s'est imposé. Au-delà des objets que l'on peut montrer à ses amis, chez soi, dans le cadre privé, j'ai souhaité pouvoir partager ma passion avec un public plus large et l'idée d'organiser des expositions thématiques m'a semblé être la meilleure formule.

 

Tout en poursuivant parallèlement une carrière professionnelle, j'ai pu montrer certaines parties de la collection à diverses occasions tant en France qu'à l'étranger. Ces expériences furent tellement enrichissantes qu'aujourd'hui je me consacre pleinement au partage, avec des publics variés, des fruits de mes nombreuses années de recherche passionnée.

 

Tout le monde n'a pas l'occasion ou parfois l'idée de se rendre dans un des grands musées d'art ethnographique. Les grandes expositions vont de capitales en capitales et les opportunités sont minces dans les villes de province de pouvoir se familiariser avec des formes d'art dit "tribal" ou "premier" ou "primitif". Cet art est pourtant une source infinie et foisonnante d'inventions formelles, de liberté créative, de révélation de talents. L'art premier nous offre à voir le meilleur de l'altérité en ceci qu'un objet façonné par un inconnu, dans un pays lointain, à une autre époque, peut venir, pour notre plus grand plaisir, éveiller des sentiments qui en nous sommeillaient. 

 

 

 

© 2015 BY Pascal Lacombe.

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic